TRAM 22

Bruxelles, prises de notes,

Dimanche matin, soleil au beau fixe
Café, petits pains,
Journal Le Soir, square Ambiorix.

Le tram 22 se faufile entre Horta,
Hankar et Blérot,
Façades de prestiges, places en
contre-bas, promeneurs Art Nouveau.

Où est donc passé ton passé de ville
Grands cafés, de style 1900,
de marchands de cigares, de
marchands ambulants ?

Souvenirs bizarres...

Dans la nuit sous les toits,
les amants interdits,
se réveillent aux aurores,
pour ne pas être surpris,

Par la Belle-mère qui tard
dort encore.

Guitare et violon
sortis de leurs étuis. Il est temps
d’enfiler des habits.

Et filer à l’anglaise avec
le 22, sorti en premier du dépôt.
Le conducteur et son thermos,
tasse-couvercle encore chaud,
Le tram serpente, les rues désertes.

Seul assis
sur une banquette arrondie
tu souris bêtement, la lumière
du Soleil qui t’envahit et t’éblouit.

Le cœur,
Sur la pointe des pieds, tu rentres
chez tes parents, et,
sans faire de bruit, retournes
te coucher, cette fois,
dans ton vrai lit.

Aujourd’hui, il n’y a pas école,
on est samedi.
 
                            A.R.